Au cœur du service de réanimation avec des patients COVID-19 !

Deux semaines après le déconfinement, le cabinet d’anesthésie-réanimation (SCPARE) a repris partiellement ses activités d’anesthésie, de réanimation (non-COVID-19) et de consultation. Entre le 16 mars et le 11 mai, l’équipe d’anesthésie-réanimation a vécu, comme tout les Français, une période inédite, dédiée à la gestion de la crise de la COVID-19.

Lors de la semaine précédent le confinement, notre cabinet d’anesthésie-réanimation a joué un rôle central dans la réorganisation de l’établissement en vue de faire face à l’afflux régional de patients COVID+. En effet, de par nos contacts avec nos collègues d’Alsace et de Moselle, touchés avant nous par l’épidémie, nous avions alerté la direction de la clinique et nos collègues médecins et chirurgiens de la gravité de la situation et des mesures drastiques qu’il allait falloir prendre afin de préparer l’établissement à jouer son rôle dans l’accueil des patients touchés sévèrement par le coronavirus (SARS-CoV2). 

Ainsi, la déprogrammation totale de l’activité en 48h a permis de libérer toute l’équipe médicale d’anesthésie pour s’atteler aux nombreuses tâches nécessaires :  

  • Piloter l’ouverture d’un nouveau service de réanimation dédié COVID-19 faisant passer les lits de réanimation de 9 à 25. Celle-ci s’est bien déroulée grace à la mobilisation des équipes paramédicales et d’encadrement et aussi de la cellule logistique et technique de la clinique qui nous a permi de nous fournir rapidement (essentiellement dans les autres cliniques du groupe Pasteur santé) en équipement indispensables (Masques, blouses, respirateurs, dispositifs médicaux). 
  • Formation des personnels paramédicaux d’autres services (infirmières, aides soignantes) aux spécificités de la prise en charge en réanimation grâce notamment à des sessions organisées au sein de l’hôpital virtuel de Lorraine de la faculté de Médecine. 
  • Déplacements au CHU de Nancy et au CH de Metz afin d’aller recueillir l’expérience spécifique de leurs équipes de réanimation.
  • Elaboration de protocoles spécifiques destinés aux soins en secteur COVID-19.
  • Réorganisation des planning afin d’assurer la permanence des soins et notamment la prise en charge des gestes chirurgicaux, endoscopiques et/ou cardiologiques urgents au bloc opératoire dont 4 salles sont restées actives pendant toute la crise.

Dès l’ouverture du service de réanimation COVID-19 le 19 mars, c’est 3 médecins réanimateurs  de garde sur place jour et nuit (contre un seul en temps normal) qui ont été nécessaires. 

Parallèlement, les ¾ de notre équipe d’infirmiers anesthésistes sont allés travailler au CHU pendant cette période pour prêter main forte à leurs collègues des réanimations COVID-19.

Nous avons accueillis et traité dans notre réanimation COVID-19 des dizaines de patients dans un état grave provenant des départements 67, 68, 52, 57, 88 et bien sûr de la Meurthe et Moselle. Nous n’avons pas eu besoin d’en transférer dans d’autres régions mais nous avons accueillis de nombreux patients des urgences du CHU de NANCY ainsi que des hôpitaux de Colmar et de Mulhouse ainsi que de son hôpital militaire de campagne afin de libérer des places dans leurs propres réanimations.

Nous remercions tous les personnels de la clinique avec qui nous avons travaillé (Infirmières, aide soignantes ASH, pharmaciens, logisticiens,  médecins des autres spécialités, encadrement) dans les meilleurs conditions possibles au vu des circonstances. Chacun a assumé sa part et son rôle avec courage et motivation.

 

About the Author :

START TYPING AND PRESS ENTER TO SEARCH